Un site du Département
de la Seine-Maritime
Un site du Département
de la Seine-Maritime
02.35.33.23.08
Logo Département de la Seine-Maritime

Découvrir

Tout savoir sur le parc

L'histoire du parc

manoir-cohue pr journée historique

Les amoureux des animaux seront comblés par leur visite
dans ce magnifique parc à l’histoire remontant au Moyen-Âge.
Animaux en liberté, réserve ornithologique et parc botanique
historique… le parc de Clères recèle de nombreuses merveilles, découvrez son histoire.

Le parc et le château

Depuis l’âge du Bronze, les hommes occupent ce territoire d’où jaillit la Clerette, petit cours d’eau affluent du Cailly. C’est au XIe siècle qu’une première mention du seigneur de clères est faite. Roger de Clères propriétaire du domaine et seigneur de nombreuses terres situées notamment dans l’Eure est un personnage important. Il est le frère de Osbern de Cailly, riche seigneur normand. Ordéric Vital, historien des ducs de Normandie mentionne une escarmouche en pays de conches Roger de Tosny suzerain de Roger de Clères fut tué par le fils de son ennemi et voisin Onfroy de Vieilles vers 1035. Règlement de compte et vengeances. Le seigneur de Clères tue Robert le fils cadet d’Onfroy, et frère de Roger de Beaumont, dès lors il ne cessera de faire pénitence en cédant terres et bénéfices à des abbayes pour le salut de son âme.

Il est fait mention d’un seigneur de Clères dans les compagnons de guillaume le conquérant, or, les historiens ne s’accordent pas tous sur l’exactitude de cette mention.

 

A cette époque le château n’est pas décrit ni réellement mentionné, mais il est probable qu’un château à motte ait existé. En terre et en bois, ces fortifications étaient constituées d’une butte surmontée d’une structure en bois le tout entouré de fossés et de talus puis entouré d’une courtine et d’une basse-cour, également fortifiée.

Ces châteaux, nombreux en Normandie ont été remplacés au XIIe  siècle puis au XIIIe siècle par des structures en pierres, plus solides et nécessaires pour faire face aux différentes menaces (exemple le château d’Arques-la-Bataille (76), ou de Conche en Ouche(27)).  Le château de Clères fait vraisemblablement partie de cette typologie de château.

Durant la guerre de cent ans 1337 – 1453, le château de Clères est occupé par les anglais le chevalier John Grey en devient le capitaine. C’est un personnage important qui mena 35 hommes et 96 archers lors de la bataille d’Azincourt. À l’issu de la guerre de cent, les bourguignons ravagèrent les campagnes normandes et l’on estime que c’est à cette période que le « vieux château » fut particulièrement endommagé.

Les ruines qui sont visibles aujourd’hui datent sans doute de cette époque, même s’il semble qu’elles aient été remaniées au XIXe afin de conserver un caractère romantique au parc.

Au XVIe siècle Georges III  puis Georges IV de Clères font les travaux nécessaires à la reconstruction du château. C’est de cette époque que date le corps de logis qui aujourd’hui est le château principal de Clères.

Hector de Béarn et la création du parc

On a la confirmation de cette disposition par un cahier manuscrit existant dans le chartrier du domaine de Clères intitulé « Considérations générales sur le domaine de Clères ». Il a été rédigé en octobre 1837 lorsque la famille de Béarn prend possession de la propriété. On y apprend que le château est au centre d’un domaine de 1020 hectares. Il s’étend alors sur neuf communes, outre celle de Clères : le Bocasse, Grugny, la Houssaye, Varneville, Bretteville, Frichemesnil, les Authieux-Ratiéville, Sévis et Bellencombre. Le domaine de Clères est alors jugé comme le plus considérable des environs. Un plan situant ces possessions accompagne le document.

Lorsque la famille de Béarn prend possession du domaine en 1837, est dressé un état des lieux général, accompagné d’un dessin représentant très précisément les bâtiments disposés autour d’une cour carrée. Leur situation est semblable à celle de nos jours. À côté du quadrilatère des bâtiments se dressent encore les vestiges du premier château détruit, dont la taille était vraisemblablement identique à celle du château d’Arques la Bataille.
Les transformations de l’ensemble ne commencent qu’avec le comte Louis Hector de Béarn, en 1864. En l’absence de document plus précis, on peut supposer que les bâtiments à usage agricole, partie en « L », sont démolis avant les travaux au château Renaissance et que le fossé, qui les entoure, est comblé pour le tracé du parc. L’ensemble des bâtiments est restauré sous la direction d’Henri Parent, architecte parisien.

Une rénovation générale du château Renaissance est entreprise, tant extérieure qu’intérieure. Pour l’intérieur, on y installe toutes les installations modernes nécessaires à l’époque : salles de bains, calorifères, distribution d’eau à tous les étages. L’ensemble des aménagements et leur décoration ont disparu avec l’incendie de 1939.

L’extérieur est largement repris par le sculpteur Jean-Baptiste Foucher. Il dote en particulier la porte de l’escalier sur la cour intérieure d’un décor dans le goût de l’époque : un tympan surmonte un auvent où se détache en haut-relief une tête de portier. Ce rajout a été détruit par Jean Delacour à qui il ne convenait pas.

Jean Delacour et la transformation en zoo

Né en 1890 à Paris, Jean Théodore Delacour est issu d’une riche famille d’industriels, propriétaire de nombreux domaines, tant à Paris que dans le nord de la France. Il reçoit une éducation classique et en 1900 entre au collège chez les Jésuites. Là il côtoie les enfants des familles aisées de la capitale et fait la connaissance du Prince Paul Murat qui deviendra son plus fidèle ami et son associé. C’est dans la propriété de son grand-père à Villers-Bretonneux, près d’Amiens, qu’il développe, pendant ses vacances, sa passion pour l’ornithologie et la botanique, en créant serres et volières.

Jean Delacour

(Collège St Ignace – Jean Delacour est assis au premier rang deuxième place en partant de la droite)

En 1908, il entreprend des études de botanique à l’université de Lille. Parallèlement il commence à voyager et fréquente les milieux scientifiques et des arts en Europe. C’est à cette époque, en 1910, qu’il devient Président de  la Ligue de Protection des Oiseaux, la LPO,  tout en continuant à développer ses collections à Villers-Bretonneux. Après le service militaire, il entame des études de zoologie à la Sorbonne et fréquente assidument le Muséum national d’Histoire naturelle, dont il deviendra, chercheur associé et correspondant.

Avec la Première Guerre mondiale, ses projets seront momentanément détruits, puisque le domaine familial sera rasé par les offensives du printemps 1918.
Jean Delacour cherche alors une propriété avec plan d’eau et bâtiments anciens et jette son dévolu sur le domaine de Clères qu’il achète l’été 1919. En un an il remet la propriété en état, creuse l’étang, construit des volières, répare et décore le château. En même temps, Avray Tipping, un architecte paysager anglais, agence le parc pour recevoir oiseaux et mammifères. Bientôt, les animaux évoluent en liberté. La collection d’oiseaux était très importante puisqu’elle a regroupé jusqu’à trois mille spécimens répartis en cinq cents espèces. Clères devient un centre d’attraction, non seulement pour les naturalistes, mais aussi pour les amateurs de la nature et des arts.

Jean Delacour

Villers-Bretonneux

 

Cette période de l’Entre-deux-guerres constitue aussi l’une des plus intenses périodes d’activité scientifique pour Jean Delacour qui voyage beaucoup, dirige des expéditions scientifiques dont les plus célèbres concerneront l’ex-Indochine française d’où il ramène des milliers de spécimens, certains nouveaux pour la science. Elles donneront lieu à la publication de dizaines d’articles et de livres scientifiques. Il devient, à la même époque, correspondant des plus importants musées d’histoire naturelle du monde (Paris, Londres, New York, Chicago, etc.).

Pendant la deuxième guerre mondiale, Jean Delacour part aux Etats-Unis, le château est réquisitionné par les allemands.

Au sortir de la guerre, l’état des collections est désastreux.  Les oiseaux ont tous été chassés pour être mangés. Le parc a subi l’impact de plusieurs bombes et les bâtiments ont servi d’hôpital militaire aux alliés.
Jean Delacour supporte mal le choc de cette deuxième perte  et ecrit qu’il préfère prendre du recul avant de revenir au domaine. Le directeur du parc, Fooks met en oeuvre la réouverture du lieu.

La reconstruction permet une réouverture dès 1947 avec un appel à souscription pour la sauvegarde du site.
De New-York où il travaille au zoo du Bronx, puis de Los Angeles où il occupe le poste de Directeur du Muséum d’histoire, de science et d’art, il va continuellement se tenir informé de l’état du parc de Clères et envoyer régulièrement des oiseaux.

histoire parc de cleres

 

Durant cette période, il publiera de nombreux ouvrages majeurs pour la recherche ornithologique.

A partir de 1960, il prend sa retraite et s’installe à Clères qu’il cède au Muséum National d’Histoire Naturelle en 1966.

Il meurt en 1985 à Los Angeles.

Jean Delacour

Le parc zoologique

Implanté sur un domaine de 52 hectares, le parc est voué au maintien et à la préservation d’espèces animales rares ou menacées. 1 400 animaux vivent dans ce parc animalier, dont près d’un millier sont en liberté.
Les collections animales sont à dominante ornithologique : différentes espèce de grues, flamants, ibis, bernache, touracos ou faisans y sont conservées.
De nombreux mammifères sont présents également : Antilopes, wallabies, gibbons, pandas roux, tamarins, ouistitis  et deux espèces de lémuriens (makicattas et hapalémurs d’alaotra) .
Chaque année le parc de Clères programme des journées spécifiques et des animations destinées à transmettre, éduquer et informer le public du rôle des zoos et de l’importance de la conservation de la biodiversité.

Les mammifères
Les oiseaux

Le parc botanique

Pour initier la collection botanique, Jean Delacour demanda au paysagiste anglais Avray Tipping de remanier les jardins et le parc, dans le souci de donner autant d’importance à la conservation du patrimoine végétal qu’à celle du patrimoine animal. La collection botanique se compose notamment d’un verger conservatoire constitué de pommes à couteau et de pommes à cidre, et d’un jardin conservatoire de plantes médicinales.

Les arbres
Les plantes

PARCS ZOOLOGIQUES : LES GARDIENS DU PATRIMOINE SAUVAGE

Autrefois considérés comme de simples lieux de divertissement et de loisirs, les parcs zoologiques ont beaucoup évolués au cours du XXème siècle en se s’attribuant de nouveaux objectifs. Ils jouent aujourd’hui un rôle majeur dans la préservation d’espèces menacées.
Le Parc de Clères s’investit dans trois missions essentielles :

  • La conservation de la biodiversité afin de protéger les espèces très menacées dans leurs milieux naturels et d’éviter leur extinction.
  • La recherche scientifique
  • L’éducation & sensibilisation du public à la biodiversité qui nous entoure.
 
La conservation

La sauvegarde et la protection des espèces menacées est une priorité pour les zoos. Ces derniers sont devenus des réservoirs d’animaux pour la nature. Jean Delacour fut d’ailleurs l’un des précurseurs de la protection de la biodiversité en devenant le premier président de l’AFdPZ à sa création en 1969.

La conservation Ex-Situ dans les coulisses du zoo

Depuis 1992, le parc de Clères est membre permanent de l’EAZA (Association Européenne des Zoos et des Aquariums). Par ce biais, il participe activement aux programmes d’élevages européens (EEP).
Ces programmes ont été initiés afin de favoriser l’élevage en captivité d’espèces menacées.  La gestion de la reproduction, selon des critères démographiques et génétiques stricts, assure à l’espèce de conserver ses caractéristiques naturelles. Pour cela, le coordinateur européen en charge de l’espèce met en relations les parcs zoologiques afin d’organiser les transferts d’animaux.
L’objectif  final, à plus ou moins long terme, étant une éventuelle réintroduction dans la nature ou un renforcement de la population sauvage par l’adjonction de spécimens élevés en parcs zoologiques.

18 espèces classées en EEP sont suivies et présentées au Parc de Clères : le gibbons à favoris roux, le gibbon à favoris blancs, le panda roux, le tamarin empereur, l’ouistiti pygmée, l’hapalemur d’Alaotra, le maki catta, le pélican frisé, la grue de Mandchourie, l’amazone à joues vertes, le martin de Rothschild, l’ibis chauve, le faisan d’Edwards, le calao terrestre,  le calao de Decken, l’éperonnier Napoléon, l’oie naine, la bernache à cou roux.

Et 9 autres espèces sont suivies dans le cadre des studbooks européens : la grue couronnée noire, la grue de Paradis, la gallicolombe poignardée, la gallicolombe de Bartlett, le musophage violet, le touraco de Fischer, le touraco Pauline, le tragopan de Cabot., le goura de Sclater

La conservation In-Situ un travail sur le terrain

À travers les régions du monde, la biodiversité et les milieux naturels sont fortement menacés. Les animaux du parc de Clères sont des ambassadeurs de leurs écosystèmes, sans le savoir, ils aident leurs congénères sauvages. En effet, une partie des fonds récoltés par les entrées permet au parc de s’engager en faveur d’actions sur le terrain. Ces actions sont visibles sous différentes formes comme le financement d’études scientifiques, de programmes de conservation dans les pays d’origines des animaux ou encore sous forme de dons d’œufs.

La réinsertion en milieu naturel le proyecto eremita

Disparu d’Europe il y a trois cents ans, l’ibis chauve (Geronticus eremita)  est aujourd’hui considéré en « danger critique d’extinction » par l’UICN (Union Internationale pour la Protection de la Nature), avec une population sauvage estimée à seulement de 116 couples en 2015.

Les dernières colonies européennes ont disparu les unes après les autres. Les populations subsistantes les plus importantes se trouvent  désormais sur la côte atlantique marocaine et encore jusqu’il y a quelques années entre la Turquie et la Syrie. Or les récents événements ont décimé la population de cette région.

 Les raisons du déclin de l’Ibis chauve sont multiples, avec en tête la conversion de pâturages extensifs en cultures céréalières ou maraîchères, l’utilisation intensive de pesticides par l’agriculture conventionnelle, l’urbanisation des sites de nidification et enfin le braconnage sur les zones d’hivernage ou le trajet migratoire. C’est un animal qui était migrateur, mais qui maintenant ne bouge plus beaucoup.

À côté de cela, la population captive est stable et viable.  On estime qu’il y en a plus de 1200 dans les volières des différents parcs animaliers européens. Cette réussite a permis de passer une nouvelle étape de la protection de cette espèce : la réintroduction dans son milieu naturel.

 
PROYECTO EREMITA

L’idée du Proyecto eremita, lancé en 2003 par le Zoobotanico de Jerez en Andalousie, était d’implanter une colonie qui ferait le lien entre le continent européen et la population marocaine, pour permettre des échanges génétiques.

Les sites retenus pour le projet répondent aux besoins physiologiques de cet oiseau et sont semblables aux biotopes retrouvés sur le littoral atlantique marocain.

L’Espagne et les parcs animaliers européens se mobilisent pour sauver cette espèce de l’extinction. Le parc de Clères soutient ce projet en envoyant régulièrement de jeunes ibis nés au parc vers l’Espagne.

Après quelques mois passés dans une grande volière d’acclimatation, ces grands oiseaux au bec courbé retrouveront la liberté et leur milieu naturel. Cela permet de stabiliser la population et d’habituer les oiseaux à ce nouvel environnement. Un grand relâché a lieu au printemps et les oiseaux se mêlent alors aux individus sauvages.

Bien que ces sites soient relativement préservés des menaces qui pèsent sur cette espèce, les oiseaux relâchés restent sous la surveillance constante d’une équipe espagnole. Désormais, une 100ène d’oiseaux sont déjà installés dont certains nés de couples réintroduits !

De très nombreuses actions de sensibilisation auprès des populations locales continuent d’être menées pour impliquer les andalous au projet et d’autres projets de réintroduction sont en cours ou à l’étude, notamment en Autriche, en Italie et en Algérie.

La recherche

Un autre rôle des parcs zoologiques est la recherche scientifique appliquée à la conservation de la biodiversité. Les études menées sur les animaux de zoos bénéficient aux populations vivant à l’état sauvage.  A Clères, plusieurs programmes de recherche sont en cours.

Les recherches scientifiques menées au Parc de Clères sont essentiellement axées sur des études épidémiologiques et sur le développement d’examens complémentaires visant à améliorer la qualité du diagnostic et de la prévention des maladies chez les oiseaux, notamment chez les faisans du Vietnam.

L’éducation & sensibilisation

Les parcs zoologiques sont aujourd’hui des lieux d’apprentissage et de savoir. Ils ont pour importante mission de délivrer un message de respect et de protection de l’environnement auprès de tous. Leur but étant d’informer le public sur la fragilité des écosystèmes et le rôle que nous jouons dans leur sauvegarde. La sensibilisation se traduit sous plusieurs formes dans le parc et aux travers d’événements annuels.
Cela passe aussi beaucoup par les enfants qui seront les acteurs de demain. C’est pourquoi le parc de Clères accueille chaque année plus de 5 000 enfants. Par le biais d’ateliers ludiques et visites ciblées, les enfants prennent conscience de leur responsabilité vis-à-vis de la planète.

Le statut de protection

La surexploitation d’espèces sauvages constitue l’une des causes majeures de disparition de la biodiversité, après la destruction et la fragmentation des milieux naturels. 

La Convention de Washington Convention on International Trade of Endangered Species

Depuis le 1er juillet 1975, une règlementation sur le passage des frontières pour plusieurs milliers d’espèces en danger a été instaurée : la Convention sur le commerce international des espèces de faune et flore sauvages menacées d’extinction, dite Convention de Washington, et connue sous son acronyme anglais CITES (Convention on International Trade of Endangered Species).

L’objectif de la CITES est de garantir que le commerce international des animaux et plantes inscrits dans ses annexes, vivants ou morts, ainsi que de leurs parties et de leurs produits dérivés, ne nuise pas à la conservation de la biodiversité, et soit basée sur une utilisation durable des espèces sauvages. Les membres signataires de la convention de Washington ont établi trois annexes :

Les espèces inscrites à l’Annexe I sont les plus menacées de toutes les espèces animales et végétales couvertes par la CITES. Leur commerce est strictement interdit.

L’Annexe II est la liste des espèces qui, bien que n’étant pas nécessairement menacées actuellement d’extinction, pourraient le devenir si le commerce de leurs spécimens n’était pas étroitement contrôlé.

L’Annexe III est la liste des espèces inscrites à la demande d’un membre qui en réglemente déjà le commerce et qui a besoin de la coopération des autres membres pour en empêcher l’exploitation illégale ou non durable.

Plus d’informations sur la CITES et la règlementation : https://cites.org/fra

La liste rouge de l’UICN inventaire mondial des espèces menacées

LE STATUT UICN (UNION INTERNATIONALE POUR LA CONSERVATION DE LA NATURE)

La Liste Rouge créée par l’UICN est un indicateur privilégié permettant de suivre l’état de la biodiversité dans le monde. Grâce à elle, on sait aujourd’hui qu’une espèce de mammifères sur quatre, un oiseau sur sept, plus d’un amphibien sur trois et un tiers des espèces de conifères sont menacés d’extinction.

QU’EST-CE QUE LA LISTE ROUGE ?

La Liste Rouge de l’UICN constitue l’inventaire mondial le plus complet de l’état de conservation des espèces végétales et animales. Elle s’appuie sur l’évaluation de critères précis des risques d’extinction de milliers d’espèces et de sous-espèces dans toutes les parties du monde.

Fondée sur une solide base scientifique, la Liste Rouge de l’UICN est reconnue comme l’outil de référence le plus fiable pour connaître le niveau des menaces pesant sur les espèces. Son but essentiel est d’identifier les priorités d’action, de mobiliser l’attention du public et des responsables politiques sur l’urgence et les enjeux de conservation, et d’inciter tous les acteurs à agir pour limiter l’extinction des espèces.

COMMENT LA LISTE ROUGE EST-ELLE ÉTABLIE ?

Des experts de la Commission de sauvegarde des espèces de l’UICN ont mis en place un système résultant d’un processus de concertation, d’élaboration et de validation sur plusieurs années, permettant d’établir cette Liste Rouge.

Ainsi, chaque espèce ou sous-espèce peut être classée dans l’une des neuf catégories de la Liste Rouge : Éteinte (EX), Éteinte à l’état sauvage (EW), En danger critique (CR), En danger (EN), Vulnérable (VU), Quasi menacée (NT), Préoccupation mineure (LC), Données insuffisantes (DD), Non évaluée (NE).

Les critères permettant de classer une espèce sont basés sur différents facteurs biologiques associés au risque d’extinction : taille de population, taux de déclin, aire de répartition géographique, degré de peuplement et de fragmentation de la répartition.

Pour accéder à la base de données de la Liste rouge de l’UICN (en anglais) : https://www.iucnredlist.org/

Plus d’informations sur l’UICN ici : https://uicn.fr

Nous suivre...